"J'admets que le Camp est terriblement difficile à définir. Il faut le méditer et le ressentir intuitivement, comme le Tao de Lao-Tseu. Quand vous y serez parvenu, vous aurez envie d'employer ce mot chaque fois que vous discuterez d'esthétique ou de philosophie, ou de presque tout. Je n'arrive pas à comprendre comment les critiques réussissent à s'en passer."


Christopher ISHERWOOD, The World in the Evening

"Le Camp, c'est la pose effrénée, l'affectation érigée en système, la dérision par l'outrance, l'exhibitionnisme exacerbé, la primauté du second degré, la sublimation par le grotesque, le kitsch dépassant le domaine esthétique pour intégrer la sphère comportementale."

Peter FRENCH, Beauty is the Beast



jeudi 28 juillet 2016

BORN TO BE BAD (La Femme aux maléfices, 1950)

Les Bons conseils de Valentine

"Faut pas toucher la misère du doigt"

par Valentine Deluxe



Rappelons-nous, si vous le voulez bien, cette pensée pétrie de bon sens, prodiguée ici-même par l'indispensable M'ame Peloux pas plus tard qu'il n'y a pas bien longtemps :



Sans le savoir, M'ame Peloux a mis le doigt sur la thématique du jour :
En effet, je me permets de vous le redemander, qu'y a-t-il de plus attristant dans une maison qu'une parente pauvre ?
C'est encombrant, mal fagoté, ça vous regarde toujours avec des yeux de poney neurasthénique en route pour l'équarrisseur, ça prend racine dans votre cosy et ça mange comme quatre.
Bref, une source d'ennuis permanente, comme un p'tit cailloux dans la godasse, qui n'aurait pas besoin d'être bien imposant pour se rappeler à vous de la plus irritante des façons.

Une parente pauvre, c'est comme un chat de gouttière : donnez-lui à béqueter une fois, et vous ne saurez plus vous en dépêtrer. Ca risque même de vous en amener d'autres, tout aussi coriaces.
Heureusement, nous allons voir qu'il existe une parade à ces fâcheux, plus collants que des bardanes dans les chaussettes.
Pour traiter de cette épineuse problématique, je vais donc faire appel à notre invitée du jour :

Christabel Caine Carey


 Planquez-vous :
Mam’zelle Nitouche sort ses crocs !

Pour être bien certain qu'on puisse donner le bon Dieu sans confession à Christabel, l’héroïne de cette merveilleuse série "B" comme il en sortait tant et tant des brouets de la Radio Keith Orphéum (aka "RKO"), les auteurs ont eu la bonne idée de lui prêter le visage lisse et pur d'une des "Goodie-goodie" numéro 1 de l'époque, Mlle Joan Fontaine.
Si jamais Olivia de Havilland nous lit - hypothèse hautement improbable, il est vrai -, elle risque de nous faire une crise de tachycardie !
Ne comptez pas sur moi pour revenir sur la légendaire bisbrouille des sœurs Pétard. A ce sujet, je ne vous dirai qu'une chose :
je sais de source sûre que lorsque Dame Olivia a appris le décès de sa sœur Joan, sa seule réaction fut d’insister pour que celle-ci soit mise en bière couchée sur le ventre.
Comme ça, si jamais la femme Fontaine (oh, c'est fin ça !) se réveillait dans son cercueil après son enterrement, on était certain que pour en sortir elle gratterait dans la mauvaise direction...

 A gauche une garce, à droite une menteuse
(à moins que ça ne soit l'inverse ?)

Enfin, trêve de ragots (dommage !)
Sous ses habituelles bonnes manières feutrées et ses petits sourires constipés, c'est peu dire que Joan Fontaine va faire tout ce qu'elle peut pour essayer de casser son image de petite (jeune) fille modèle.
Mais le titre de l’œuvre en question étant justement  "Born To Be Bad" ("Née pour être mauvaise"), faut pas être Nostradamus pour deviner qu'il y a un testicule planqué dans le consommé (oui, je tente des variantes de mon expression favorite, histoire de pas lasser...)
Car derrière cette tête de prétendante au titre de Miss "Miel et Saccharine", se cache ce qu'il faut bien appeler une vilaine garce, ambitieuse, calculatrice, tricheuse, menteuse et vénale -- ce qui, vous en conviendrez, lui fait tout de même un drôle de pedigree !
Il lui faut non seulement le beurre, l'argent du beurre -- enfin, surtout celui de son milliardaire de mari, qu'elle a trainé quasi de force jusqu'à l'autel en employant des techniques dignes de Machiavel,  Gengis Khan ou Margaret Thatcher --, mais en plus il lui faut aussi le sourire (et le service trois-pièces avec poutre apparente) de ce bourru de Robert Ryan !

Le caillou dans la godasse : 
Tante Clara !

Dans l'ensemble, tout irait plutôt comme elle l'avait imaginé, jusqu'à ce qu'il y ait c'te foutue parente pauvre qui rapplique !
D'où l’inconvénient de jouer les gentilles quand on ne l'est pas : si vous trompez bien votre petit monde, vous risquerez quand même de vous faire manger la laine sur le dos! Car comment faire pour envoyer paître votre nécessiteuse sans ruiner votre réputation de rosière philanthrope ?
Surtout qu'elle est du genre "seccotine", la crotteuse ! Encore plus collante que le sparadrap du capitaine Haddock : une fois qu'elle rapplique de sa cambrousse, plus moyen de vous en défaire !

Sponsor officiel de tante Clara.

Mais laissez-moi vous la présenter, cette vilaine Tante Clara.
La bouche lippue à force de quémander, la tête perpétuellement inclinée pour vous regarder d'en-dessous avec son air chafouin, elle n'a pas encore prononcé un mot qu'on a déjà envie de la gifler.
Mais dès qu'elle ouvre son clapoir, c'est pire.
Elle ne sait que vous embarrasser en public, rappelant au passage, en soulignant trois fois au crayon gras, que vous venez du trou du cul du monde, fille de madame personne et de monsieur n'importe-qui !
En plus, comme tout le monde vous regarde, il vous faudra vous retenir d'étouffer la vilaine punaise sous un coussin, et continuer vaille que vaille à sourire en serrant les dents à vous en faire péter votre bridge !



Même dans le secret de l'alcôve, elle trouve encore le moyen de venir s'insinuer sournoisement !
Non, vraiment il est temps de faire quelque chose...
Et c'est là que nous allons avoir une démonstration du génie de Christabel !
Sans hausser le ton, sans se départir de son ineffable sourire, la chasse est ouverte !
Dehors les romanichelles, du balais les claquedents ! C'est l’hallali des traine-patins !


Oui je sais, je sais, on se laisserait presque avoir par son petit menton qui tremble et sa voix qui chavire...
Je sais ce que vous pensez de Christabel et de ses procédés :



Au lieu de crier au scandale, si j’étais vous, je prendrais des notes.
On ne sait jamais, ça peut toujours servir.
Et plutôt que de geindre et de se plaindre (un art où elle est passée maîtresse !), tante Clara devrait méditer cette brillante saillie d'Alexandre Dumas :
 "La vie est un chapelet de petites misères que le philosophe égraine en riant."
(et toc !)

2 commentaires:

  1. hi hi hi en tous cas ça donne envie... Mais c'est une série A, réalisateur Nicholas Ray, acteurs Joan Fontaine, Robert Ryan... et vu les décors, costumes, bijoux de luxe, dialogues, scénario etc... que du très haut niveau !

    RépondreSupprimer