"J'admets que le Camp est terriblement difficile à définir. Il faut le méditer et le ressentir intuitivement, comme le Tao de Lao-Tseu. Quand vous y serez parvenu, vous aurez envie d'employer ce mot chaque fois que vous discuterez d'esthétique ou de philosophie, ou de presque tout. Je n'arrive pas à comprendre comment les critiques réussissent à s'en passer."


Christopher ISHERWOOD, The World in the Evening

"Le Camp, c'est la pose effrénée, l'affectation érigée en système, la dérision par l'outrance, l'exhibitionnisme exacerbé, la primauté du second degré, la sublimation par le grotesque, le kitsch dépassant le domaine esthétique pour intégrer la sphère comportementale."

Peter FRENCH, Beauty is the Beast



vendredi 26 août 2016

MAYA (1949)

"Z'etaient chouettes les filles du bord de mer..."

par Valentine Deluxe

 


Depuis le temps qu'on se connait, vous savez que j'ai parfois comme des fixettes, des lubies, des monomanies.
J'ai survécu -- de justesse, vraiment de justesse -- à ma phase Edwige Feuillère,  et alors que je suivais mon petit traitement à la lettre -- nivaquine tous les jours, une bonne purge avant d'aller au lit, et une neuvaine à Sainte Rita --, tout d'un coup, sans crier "hexakosioihexekontahexaphobie" (oui, j'ai fait le pari, somme toute assez sot, d'arriver à glisser ce mot dans mon article du jour ; toutes mes excuses au passage), paf ! Nouvelle infection, tout aussi aiguë et pernicieuse :

Viviane Romance!

 Y a le choléra qu'est d'retour...

Viviane Romance, j'avais déjà eu le bonheur, le plaisir et l'avantage de vous dire tout le bien que je pensais d'elle (et vous avez intérêt à être d'accord avec moi, sinon y aura de la répression sauvage) dans la rubrique inaugurale consacrée à ce concept vaseux et tout ce qu'il y a de plus idiosyncratique : le French Camp !
On l'y découvrait, déjà un peu plus vers le nadir que vers le zénith, la silhouette pataude camouflée vaille que vaille dans d'amples afliquets, mais l’œil toujours vif, adepte des p'tit gâteaux à l'arsenic et de cornichonesques messes noires, dans le succulent "L'Affaire des poisons" de Decoin.



Lors d'un de nos passionnants échanges avec ma splendide/lumineuse/bien-aimée (ne cherchez pas, il n'y a pas de mention inutile à biffer) coéquipière BBJane Hudson, j'avais osé l'audacieuse comparaison : Viviane Romance, la Maria Montez du cinéma français !
C'est qu'il n'en manque pas dans la filmographie de Viviane Romance, de ces œuvres improbables que l'on peut légitimement qualifier d'excentriques !
"Venus aveugle", "La Maison du Maltais", "L'Esclave blanche", "Cartacalha, reine des gitans "... Une pléthore de mélodrames excessivement extravagants et/ou exotiques, où elle promène ses courbes généreuses et sa mine boudeuse de fille à soldats, parfois garce machiavélique, parfois catin au grand cœur, mais toujours promise à un destin funeste (ou peu s'en faut).

La Maria Montez du cinéma français...

Mais évidemment, rien n'est plus changeant que le goût de la plèbe, surtout celle qui remplit les salles obscures. 
A force de resservir pendant dix ans la même soupe, fût-elle concoctée avec amour en choisissant soigneusement les meilleurs ingrédients, la formule finit par lasser. 
Or donc, au sortir de la 2ème guerre, après quelques (rapides) bricoles avec le comité d’épuration -- mais hormis Françoise Rosay, qui n'a pas eu maille à partir avec ces pisse-vinaigres? -- le retour dans le feu des projecteurs s'annonce ardu. 
Surtout qu'en dehors de ces menues broutilles, la Viviane se traine une réputation de diva acariâtre : infernale avec ses réalisateurs -- le clash avec Abel Gance sur "Venus Aveugle" prit une telle ampleur que ses scènes seront finies par Edmont T. Greville --, ne supportant pas ses consœurs, et imposant ses tocades amoureuses du moment comme partenaires à l’écran -- on devra se farcir le pauvre George Flamant, avec son sex-appeal  d'endive, dans une dizaine de films !

Promotion canapé

La gueuse n'étant point sotte pour deux sous -- surtout quand ces sous sont les siens (comme aurait dit Oreste) --, la fée Viviane prend les choses en mains. Faisant sien l'adage qui veut qu'on n'est jamais aussi bien servie que par soi-même, elle commence par toucher à l’écriture d'un scénario pour "La Boîte aux rêves" -- sous les quolibets fielleux de la critique --, puis elle se lance dans la production, maîtrisant ainsi ses projets de A jusqu'à plus ou moins Z, pouvant au passage tenter de "casser" son image de vampounette du cinéma qui commence à lui peser.
Sauf que... niveau "grand chamboulement", le choix de son premier sujet en tant que productrice se pose là ! 
Tirée du plus grand succès du théâtre parisien  de l’entre-deux guerres, tombé depuis dans le plus profond oubli (mais je suis dispo' pour un "revival" dans le rôle-titre, si le cœur vous en dit), on ne peut pas dire que cette "Maya" allait réinventer la roue de bicyclette ou nous faire des mouches à quatre queues !

Oui, dès qu'on dit "Maya", 
faut qu'elle ramène sa fraise !

En effet, Bella/Maya, une spécialiste des coïts tarifés, "vendeuse de plaisir et pourvoyeuse de rêve", tient son p'tit commerce dans une ville fantomatique qui pourrait être Marseille. 
Un marin de passage croit reconnaître en elle une ancienne passion, non encore cicatrisée -- voire, légèrement purulente.
Bella/Maya nie farouchement mais semble néanmoins cacher un lourd secret...

Oui, je sais, mis comme ça à plat et noir sur blanc -- et encore, j'enjolive un peu --, on pourrait, il est vrai, trouver à la chose un p'tit côté "vieille rengaine", usée jusqu’à la trame.

Certains, moins diplomates que moi, ajouteront même : 



Mais s'il fallait toujours rester à la surface des choses !
Car c'est quand même au fond des mines qu'on trouve les plus beaux diamants.
Et de diamants, il est question ici, car sous ses tombereaux de clichés mélodramaqueenesques -- Bella ira jusqu'à louper le train qui devait l'emmener à l'enterrement de sa fillette, laissée en pension chez quelques Thénardier du coin ! --, "Maya", touche souvent au sublime.
Sous la direction plutôt inspirée de Raymond Bernard -- dont nous avions déjà décortiqué ici-même le fantasmabulique "Marthe Richard au service de la France" --, et par la grâce de dialogues poético-alambiqués, le film atteint les excessifs et enivrants sommets du campino-kitschouné.
Viviane Romance, grande prêtresse hiératique et  vaporeuse de quelque mystérieux culte païen, canonisée par la grâce de lumières flatteuses et d'un noir et blanc qui gomme les premières cicatrices du temps, nous offre une prestation écrémée de la moindre tentative de distanciation. 
Et c'est parce que le film et son interprète n'ont jamais peur du ridicule et du grotesque qu'ils les dépassent pour atteindre au grandiose. 
Mais taisons-nous, et admirons la première apparition de Bella... Ça vous situera tout de suite mieux le biniou !


Allons voir un peu plus loin, un peu plus haut -- dans le grotesque, le sublime, l’excessif et le magique.
Personnage en marge de l'intrigue, mais véritable Parque qui, telle une araignée, tisse les fils trempés dans le pathos de cette merveilleuse histoire : Cachemire, "l'Hindou", nous déballe à chaque apparition des dialogues en forme de devinettes, tout droit sorties de "cookies fortunes" de restaurant chinois. 
Et comme en plus il est joué par le très russe Валерий Иванович Инкижинов (ou Valéry Inkijinoff, si vous ne savez pas lire le cyrillique, ce qui me décevrait beaucoup), c'est complet pour l'exotisme !


Evidemment, une pauvre fleur de trottoir comme Bella/Maya, vous pensez bien que le destin ne va pas lui épargner la moindre petite saloperie. Déjà qu'elle nous a enterré sa gamine, elle va en plus voir partir le bateau du gentil marin qui devait l'emmener loin de son bouiboui et de sa mauvaise vie. 
La boucle est bouclée, la roue du destin a tourné pour nous ramener là où tout a commencé, merveilleuse et envoûtante pirouette avant le rideau final.


Comme disait si bien la baronne de "Chéri" :  

"Comme c'est pur ! Comme c'est grand !"


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire